PRIX MISSIVES

 

REGLEMENT

 

DERNIERS PRIX DECERNES

 

 

WB02237_1.GIF (10944 octets)

REGLEMENT DU PRIX MISSIVES


Recueil de nouvelles - Recueil de poésie

Un prix Missives sera attribué tous les ans pour un manuscrit inédit qui sera proposé à un éditeur par la Société littéraire de La Poste et de France Télécom pour une éventuelle édition, l'éditeur restant juge en dernier ressort de sa valeur littéraire.

Ce prix sera décerné successivement à un recueil de poésie et à un recueil de nouvelles. (*)

Le lauréat aura la possibilité de devenir membre du jury pour la catégorie dans laquelle il a concouru.

Tous les adhérents de la Société littéraire de La Poste et de France Télécom, à jour de leur cotisation, peuvent concourir, à l'exclusion des membres du jury.

Le concours est ouvert chaque année du 1er mai au 30 septembre. Les manuscrits , inédits, devront être anonymes, dactylographiés et transmis en deux exemplaires au:

Président de la Société littéraire
de La Poste et de France Télécom
57 rue de la Colonie - 75013 Paris.

Les manuscrits ne seront pas restitués sauf demande expresse.

Chaque envoi doit porter, sur une feuille de garde séparée, les nom, prénom, adresse et profession de l'auteur, son numéro d'adhérent, ainsi que le titre de l'oeuvre. Si le candidat a recours à un pseudonyme, il est tenu de faire connaître sa véritable identité au secrétariat de l'association. La Société littéraire se réserve le droit de ne pas décerner le prix si la qualité littéraire des oeuvres lui paraît insuffisante.

* Prix Missives 2008 : recueil de nouvelles : 80 pages à raison de 35 lignes par page et 60 à 65 caractères par ligne, pour obtenir un texte imprimé de 110 à 120 pages.

* Prix Missives 2009 : recueil de poésie (tous genres admis) : 750 vers ou lignes maximum

Tout écart notable est éliminatoire.

btnhtpage.gif (7532 octets) Haut de page

 

 

DERNIERS PRIX ATTRIBUES

 

PRIX MISSIVES 2005 (catégorie nouvelles)

Lianes, Olivier Delau (Editions  Atelier du gué)

 

lianes.jpg (3073 octets)

 

Pierre rencontre par l'intermédiaire d'une agence matrimoniale la fiancée qui lui convient, et tombe du même coup sur Liane, la tyranique petite soeur, qui n'a de cesse de supplanter son aînée dans le coeur du jeune businessman ! Ailleurs, cette liane prend le visage d'une autre enjôleuse, la femme en noir, dont la présence répétée depuis cette estivale route des vacances qui ouvre le livre, effectue d'incessants retours, dispensatrice de volupté, bien souvent.
Eros et Thanatos sont toujours très proches dans les histoires de l'auteur."Les hommes, écrit-il, n'aiment pas uniquement le corps des femmes même si c'est à la folie. Les hommes aiment la folie." Les histoires d'Olivier Delau disent la force du désir, la sensualité des corps, la passion.

Olivier Delau a publié de nombreuses nouvelles dans des magazines et des revues littéraires. Il est lauréat du prix de la nouvelle du Val d'Oise pour son précédent recueil Diables d'homme et du prix du Festival de la nouvelle de Saint-Quentin. Il vit dans le Lot.

 

 

PRIX MISSIVES 2003 (catégorie nouvelles)

Tout va bien, André Fanet (Editions Atelier du gué)

 

"T'écris quoi ?
La voix était paisible. J'avais levé la tête.
- Des histoires.
- Des histoires qui font rire ou qui font pleurer ?
- Ca dépend..."

Tout dépend, en effet, de nos failles, de nos passions, de nos angoisses. L'essentiel tient dans le regard. Regard sur la vie qui nous ronge, sur soi, sur l'autre surtout qui nous observe mais que l'on sait si mal voir et que l'on ne comprend pas.
Des histoires tour à tour dérisoires ou dérangeantes, cruelles ou tendres, drôles souvent, avec quelques chutes qui font mal, ou libèrent.
André Fanet a enseigné le français près de Dijon et partage sa vie aujourd'hui entre la Bourgogne et la Haute-Savoie. Il est l'auteur de deux romans.

 

 

PRIX MISSIVES 2000 (catégorie poésie)

Congélations et décongélations, Emmanuelle Pireyre
(Editeur Maurice Nadeau)

 

Les Congélations et décongélations et autres traitements appliqués aux circonstances sont des tentatives pour améliorer la réalité par des moyens tels que la mise au congélateur ou le prolongement photographique. Le congélateur a son idée sur le monde, il se met au travail et transforme autant qu'il peut les matières, les couleurs et les formes. Les Congélations sont un champ de bataille perpétuel, un enthousiaste et occidental combat pour et contre le monde. Peut-être à peine trop enthousiaste. A certains moments il est impossible d'éviter le carnage.
Emmanuelle Pireyre est née en 1969 et vit à Clermond-Ferrand. Son travail d'écriture s'intéresse aussi à des formes mixtes agençant texte et son ou image (expositions, diaporamas, conférences fictives).

 

 

PRIX MISSIVES 1999 (catégorie nouvelles)

Attends-moi, je reviens, Jacqueline Crespy
(Editions Paroles d'aube)

 

Je me demande si ça va intéresser vos lecteurs, toute cette histoire. Ma fille m'a dit : qu'est-ce que tu vas lui raconter à ce journaliste, il n'y a rien à dire, il ne s'est rien passé. C'est vrai, ça, il ne s'est pas passé grand-chose, sauf qu'un jour Périclès est arrivé là, au milieu de notre résidence, et puis qu'un autre jour, il n'y a plus eu de Périclès. Mais voilà que je vous donne déjà la fin de l'histoire. Comme vous ne me dites rien, je ne sais pas ce que vous voulez savoir pour vos lecteurs. Je peux vous raconter l'histoire à ma façon à moi, la gardienne.
Jacqueline Crespy écrit des nouvelles depuis une dizaine d'années. Elle a publié deux ou trois nouvelles dans la revue Missives, revue de la Société Littéraire des PTT.
A publié en février 1999 un roman intitulé "Clara est née ce matin" aux éditions Complicités.

 

 

PRIX MISSIVES 1998 (catégorie poésie)

L'ombre rouge des gazelles (Editions Paroles d'aube)

 

L'Ombre rouge des gazelles s'inspire des faits du drame Algérien et l'élargit en méditation universelle sur la foi, l'horreur et la beauté.
Construit comme un conte lancinant, ce recueil de textes poétiques est un itinéraire vers l'espoir. Les images les plus simples prennent peu à peu l'épaisseur des voies de force, de sortie. Et si la fragile gazelle, symbole de la liberté dans la pure tradition littéraire arabe, représentait, en fait, le peu de beauté à retrouver au fond de soi, pour éloigner le mauvais oeil du Meurtre ?
en 1956 à Port-Louis (Ile Maurice), Khaleel TORABULLY, dit Khal a grandi dans le quartier chinois où temples, églises, shivalas et mosquées se partagent un périmètre éminemment ouvert sur les cultures du monde. En 1976, après le Higher School Certificate, il s'installe à Lyon. Il y obtient en 1984 son doctorat de linguistique. Fidèle à son écriture mosaïque, où le français prend tournure de la coolitude (rencontre entre l'Inde métissée et le verbe français), il chante la mémoire plurielle, savoureuse, dans ses parcours les plus surprenants.

 

Haut de page